mardi 22 août 2017

Numéro spécial de L'Envoi

Tous ceux et celles qui, mercredi, ont participé à la messe en hommage à Mgr François Lapierre qui quitte sa fonction d'évêque de Saint-Hyacinthe - ils étaient près de 900 - ont reçu une numéro spécial de L'Envoi. La publication de douze pages compte plusieurs témoignages de reconnaissance.

«Du haut de mes vingt-quatre ans, je suis arrivée à l'évêché en ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre. J'avais en tête une image d'un grand personnage inatteignable. En vous côtoyant, cette perception s'est évaporée puisque j'ai eu la chance de voir le grand homme que vous êtes. Plusieurs facettes de votre personnalité m'ont marquée, comme votre humilité, votre dévouement ainsi que votre grande écoute», écrit Catherine D. Marcoux, responsable des communications au diocèse de Saint-Hyacinthe.

lundi 21 août 2017

Les médias québécois et les religions

Cet été, Dominique Boisvert a acheminé à la direction du quotidien Le Devoir une longue lettre sur les relations tendues entre les médias et l'actualité religieuse. En fait, déplore l'auteur de L’ABC de la simplicité volontaire et de Québec, tu négliges un trésor!, «les médias québécois boudent assez systématiquement tout ce qui est religieux - sauf en cas de scandales».

Le Devoir suit cette orientation, estime-t-il.  «Le Devoir actuel semble dorénavant partager (ou s’être aligné sur) l’indifférence de facto, voire même le mépris ou l’hostilité discrète à l’encontre de tout ce qui touche la dimension religieuse de notre société (sauf, bien sûr, les problèmes avec l’Islam ou les musulmans: difficile de ne pas en parler!).»

On peut lire l'intégralité de la lettre de Dominique Boisvert dans le blogue qu'il anime. Pour appuyer ses propos, il donne l'exemple suivant et mentionne l'agence de presse Présence.

«Un ami dénonçait - à l’appui de sa position contre l’Église québécoise - l’indifférence des autorités ecclésiales face au drame vécu par de nombreuses populations lors des inondations catastrophiques d’il y a quelques semaines; or les évêques québécois ont collectivement pris la parole à ce sujet même s’ils étaient réunis à Rome pour leur visite statutaire ad limina, dans une déclaration qui ne fut (évidemment) rapportée nulle part dans les médias québécois - sauf par l’agence québécoise d’information religieuse Présence, alimentée par de véritables journalistes membres de la FPJQ, qui met chaque semaine à la disposition des médias une dizaine d’articles ou de reportages sur une foule de sujets touchant l’ensemble du phénomène religieux au Québec, au Canada et dans le monde, mais qui est systématiquement boycottée par les médias québécois, alors qu’elle est reprise, en traduction, par des médias du Canada anglais, des États-Unis, d’Europe et d’ailleurs.»

dimanche 20 août 2017

Du sanctuaire à la politique municipale

Ex-directeur de la publication Église de Trois-Rivières, ex-directeur du service des communications du diocèse de Trois-Rivières (1992-2006), Pierre Montreuil quitte la direction des communications au sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap.

«Cela me permettra de me concentrer sur mon élection au poste de conseiller municipal le 5 novembre», a-t-il expliqué. Aux élections municipales de 2013, aussi candidat, il est arrivé deuxième dans le district du Carmel.

C'est Yvana Labouba, une spécialiste en communications, qui remplace Pierre Montreuil au sanctuaire. (photo: Facebook)

vendredi 18 août 2017

Le gazouillis de la semaine

Chaque vendredi, un tweet qui intéressera tout particulièrement les membres de l'AMéCO par sa pertinence, son style, ses images et/ou son propos.

jeudi 17 août 2017

Préparer la fin d'une revue

Publiée depuis 1942, d'abord connue sous le nom de La vie des communautés religieuses, la revue En son Nom a célébré ses 75 ans d’existence lors de deux journées festives tenues en mai à Montréal et à Québec.

Présidente du conseil d'aministration de la publication, Pauline Vertefeuille a pris la parole lors de ces fêtes et a mentionné que son équipe «a reçu le mandat de préparer un échéancier de fermeture de la revue, d’ici trois à cinq ans».

«La diminution constante des abonnements, la difficulté à trouver du personnel pour le bureau, le comité de rédaction et le conseil d’administration obligent à regarder l’avenir de façon lucide et responsable. Si nos congrégations préparent courageusement la fin de vie de leurs structures au Canada, il est normal que les organismes qui les représentent en fassent de même», a-t-elle déclaré.

mercredi 16 août 2017

À la tête de Signis

L’américaine Helen Osman a été élue présidente de Signis (Association catholique mondiale pour la communication) lors de l'assemblée des délégués qui s’est tenue le 22 juin à Québec.

Elle sera secondée par les vice-présidents Lawrence John Sinniah de Malaisie et le père Paul Samasumo de Zambie. Ricardo Yáñez d'Argentine a été élu secrétaire général. Emmanuel Bonnet, de France, est le nouveau trésorier. Le père Luis García Orso, du Mexique, nommé par le dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie, complète le groupe de direction de Signis.

Le père Samasumo, chef du service anglais de Radio Vatican pour l'Afrique, devient le premier Africain à occuper l’une des trois positions les plus importantes de l'Association catholique mondiale pour la communication. Helen Osman est journaliste, ecrivain et professionnelle de la communication. Elle devient la première femme et la première nord-américaine à occuper la présidence de Signis. (photo: Signis)

mardi 15 août 2017

Le Messager de Saint-Antoine: L'Ermitage Saint-Antoine

«Il y a des lieux charismatiques. Des lieux qui tirent l’âme de sa léthargie, des lieux ouverts à la transcendance, élus de toute éternité pour susciter l’expérience spirituelle et religieuse. L’Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette est l’un de ceux-là. Un lieu ennobli par la foi et la présence de milliers et de milliers de personnes qui ont fréquenté l’Ermitage depuis ses origines. Un lieu témoin d’unnombre incalculable de confidences et d’états d’âme», écrit Jean-Paul Simard, dans Le Messager de Saint-Antoine.

lundi 14 août 2017

Le Précurseur: accès à l'eau

Dans le plus récent numéro de la revue Le Précurseur, Suzanne Lachapelle présente le Québécois Gilles Raymond qui vit aujourd'hui en Indonésie et qui continue «d’appliquer les principes auxquels il a toujours cru: la solidarité et l’action responsable de la collectivité».

«Originaire de Donnacona, au Québec, Gilles Raymond vit en Indonésie depuis 16 ans avec sa femme et ses deux enfants. Au début des années 1970, M. Raymond travaillait de concert avec Opération Dignité qui luttait contre la fermeture des villages en Gaspésie et dans le Bas-Saint-Laurent, période de notre histoire quelque peu oubliée», écrit l'auteure.

Gilles Raymond s'est «établi dans l'île de Florès où résident des catholiques et des musulmans qu’il fait travailler ensemble. Il a voulu changer la vie des paysans des villages éloignés en leur permettant d’avoir accès à l’eau. Les paysans ont dû refaire l’infrastructure bâclée par le gouvernement qui a voulu faire vite pour empocher les subventions. Maintenant, 36 villages de la région ont accès à l’eau».

dimanche 13 août 2017

Revue missionnaire Mariannhill: le directeur

Directeur de la Revue missionnaire Mariannhill, André Penterman est interviewé par le rédacteur en chef de la publication, Gilles Jalbert, dans le plus récent numéro.

Néerlandais d'origine, le religieux est arrivé au Canada en 1959. Il indique qu'il a été «animateur spirituel à la Fête du Printemps pour des néocanadiens originaires des Pays-Bas et de la Belgique résidant principalement dans le sud du Québec. La messe était à Pike River et la fête se poursuivait à la salle Belgo à Sabrevois. C’était une assez grande festivité, plusieurs fois rehaussée par la présence du consul de la Belgique ou des Pays-Bas ou même des deux».

Depuis 1983, on lui a confié «la responsabilité de notre Bureau des publications canadiennes, en français et en anglais. Cela implique tout le courrier en lien avec les bienfaiteurs, la direction de la revue Leaves en anglais en union avec les confrères du district Mariannhill des États-Unis, et de la Revue missionnaire Mariannhill en français».

samedi 12 août 2017

Missions des Franciscains: vie rurale

«Au Québec, depuis quelques décennies, le retour à la vie en campagne connaît une certaine popularité. Mode passagère ou choix éclairé, la vie rurale attire par certains attraits: beauté des paysages, calme, espaces sécuritaires pour élever des enfants, culture maraîchère et élevage de petits animaux, et autres.»

Ex-présidente de l'ACPC (ancien nom de l'AMéCO), Gaëtane Larose signe un texte dans le numéro d'août de Missions des Franciscains. Elle écrit sur Saint-Camille, là où elle habite, un village où l'on trouve «une communauté rurale qui initie des projets novateurs afin de revitaliser son milieu de vie».

vendredi 11 août 2017

Le gazouillis de la semaine

Chaque vendredi, un tweet qui intéressera tout particulièrement les membres de l'AMéCO par sa pertinence, son style, ses images et/ou son propos.

jeudi 10 août 2017

Nouveau CA pour la revue En son nom


Au mois d'avril, les représentants des communautés religieuses, membres du consortium qui soutient la revue En son nom, vie consacrée aujourd’hui, ont élu leur nouveau conseil d’administration, a fait savoir la présidente de la publication, Pauline Vertefeuille.

Sur la photo, de gauche à droite: Florent Gaudreault, f.é.c., secrétaire-trésorier, Pauline Vertefeuille, s.j.s.h., présidente, Raymond Legault, f.s.g. et Denise Normandeau, p.m., administrateurs, ainsi que Yvon Pomerleau, o.p., vice-président. (Photo : Danielle Laliberté)

mercredi 9 août 2017

Notre-Dame-du-Cap: 125e anniversaire

«Au Salon du livre de Trois-Rivières le printemps dernier, une dame septuagénaire se présente au kiosque de la revue Notre-Dame-du-Cap, prend un exemplaire de la publication et le serre tendrement sur son coeur. Ça me rappelle le moment où ma grand-mère revenait de la poste tenant le numéro courant des Annales du Cap à la main, quel doux souvenir pour moi!, me confie-t-elle avec des larmes dans les yeux», raconte Gilles Leblanc, directeur, dans le numéro d'été de la revue.

Il présente l'histoire de cette publication qui célèbre cette année son 125e anniversaire.

«125 ans de publication des Annales du Très-Saint-Rosaire, puis de la revue Notre-Dame-du-Cap constituent tout un exploit. Que se poursuive cette longue et belle histoire d’amour tissée au fil du temps entre ses artisans (conseils d’administration, directeurs, comités de rédaction, chroniqueurs, rédacteurs, employés du bureau, pigistes, photographes, graphistes, propagandistes, imprimeurs, distributeurs, et j’en passe) et son lectorat (24 000 abonnés en 2017).»

mardi 8 août 2017

Nouveau nom pour Les Cahiers

«Chers amis lecteurs, chères amies lectrices, au nom de l’équipe responsable de la revue du Centre de spiritualité Manrèse, je suis heureuse de vous présenter ce numéro dont le nom et les couleurs nouvelles marquent tout spécialement le 40e anniversaire de la revue», écrit Isabelle Dalcourt, directrice des Cahiers de spiritualité ignatienne.

La revue, publiée trois fois par année, porte dorénavant le titre de Au coeur du monde.

«Ce nouveau nom situe de façon explicite le projet qui nous réunit. C’est ici et dans le monde d’aujourd’hui qu’auteurs, lecteurs et lectrices pensons et agissons, en fidélité avec un christianisme d’ouverture ressaisi à travers l’héritage vivant de saint Ignace de Loyola», ajoute la directrice.

lundi 7 août 2017

En communion: bilan

«Dans les cinquante dernières années nous sommes passés peu à peu d’une société où être chrétien allait de soi, à une autre où être disciple-missionnaire est devenu un choix, et un choix pas toujours facile. Il nous faut donc, comme nous y invite sans cesse le pape François, devenir une Église plus missionnaire. Mais comment y arriver? On peut en parler longtemps et ne rien faire… ou pire encore croire qu’on le fait déjà parce qu’on a mis un peu de vernis sur nos pratiques de chrétienté. On ne peut en douter, il y a là une véritable conversion à faire pour nous tous.»

Mgr André Gazaille, évêque de Nicolet, réfléchit, dans le numéro estival d'En communion, à l'année pastorale qui vient de se terminer.

dimanche 6 août 2017

Carrefour salésien: orchestre

Carrefour salésien raconte qu'un prêtre espagnol, José Maria Moratalla Escudero. missionnaire au Salvador, a obtenu une subvention d'un million de dollars de la Banque mondiale afin de créer un orchestre. 

«Avec l’aide de plusieurs professeurs de musique, près d’un millier de jeunes, de 8 à 20 ans, venant d’une soixantaine d’écoles publiques situées dans des voisinages sujets à la violence des gangs de rues apprennent la musique classique et populaire, pouvant jouer des instruments de qualité achetés grâce à l’obtention du don de la Banque mondiale.»

samedi 5 août 2017

Œcuménisme: pavillon chrétien de l'Expo

La revue Œcuménisme publie des témoignages de visiteurs qui ont visité le Pavillon chrétien de l’Expo 67. En voici un.

«Merci aussi pour le Pavillon chrétien! Quelle joie d'avoir pu enfin percevoir la présence de l'Église sur la Terre des Hommes, non pas sur le plan de ses réalisations et de ses problèmes d'ordre institutionnel, mais dans la profondeur de son message évangélique», écrit un sulpicien de France.

vendredi 4 août 2017

Le gazouillis de la semaine

Chaque vendredi, un tweet qui intéressera tout particulièrement les membres de l'AMéCO par sa pertinence, son style, ses images et/ou son propos.

jeudi 3 août 2017

Prions en Église: commerce

«Le commerce international n’est pas un phénomène récent. Le roi David faisait venir à Jérusalem des cèdres du Liban. Salomon importait ses chevaux du royaume hittite. Des archéologues ont trouvé dans les ruines des plus anciennes civilisations des traces d’un intense commerce entre les peuples d’alors», explique Mgr Roger Ébacher, archevêque émérite de Gatineau, dans le numéro d'août de Prions en Église.

Il reconnaît que «les échanges de biens, de services et de capitaux entre pays ont pris une ampleur inédite avec le phénomène de la mondialisation. D’immenses navires parcourent désormais les mers du monde, chargés de lourds conteneurs. Le commerce par Internet fleurit».

Si «le commerce est une activité humaine», le chroniqueur estime que «des critères éthiques doivent imprégner les relations qui s'y déroulent. Le droit au libre commerce ne peut pas échapper au principe naturel et fondamental de la destination universelle des biens de la terre».

mercredi 2 août 2017

Prêtre et pasteur: rire

«Les mots rire aux larmes et pèlerinage dans la même phrase peuvent sembler inhabituels mais ils résument assez fidèlement ma première expérience de pèlerine», raconte Linda Roux, dans le numéro d'été de Prêtre et pasteur. L'auteure (Du) Rires aux larmes sur le chemin de Compostelle confie que «parcourir 700 km à pied, d'une église à l'autre, avec son bagage sur le dos, ne ressemble sûrement pas à une partie de plaisir mais j'avais oublié que chacun donne sa propre couleur à ses expériences de vie».

mardi 1 août 2017

En son Nom: écologie

«C’est dans un esprit d’action de grâces que je tiens d’abord à vous remercier pour votre présence aux deux fêtes ayant marqué le 75e anniversaire de la revue En Son Nom, à Québec et à Montréal. Nous reviendrons à ces festivités dans le prochain numéro qui abordera également le sujet de l’identité de la vie consacrée au cours des années», écrit Diane Marleau, directrice de la revue, dans le numéro de mai-juin.

Elle ajoute que «le dossier du présent numéro traite de l’écologie sous différentes facettes, en incluant celles de l’écologie intégrale et de la spiritualité. En plus du regard d’un professeur d’économie et de l’environnement sur Laudato Si’, vous aurez le premier droit de lecture sur des extraits non encore publiés du livre Écologie spirituelle: Le cri de la Terre. Il sera enfin question des communautés vertes parfois désignées sous le nom des sœurs vertes, des vœux évangéliques revisités à la lumière de l’écologie ainsi que des avancées impressionnantes des Églises vertes».